Jacques a dit « Posez votre main droite sur la tête et pincez votre nez avec votre main gauche ! Ensuite, sautez à cloche-pied en vous mettant sur votre jambe droite en tournant sur vous-même vers la gauche ! ». Tout le monde connait ce jeu célèbre « Jacques a dit », pratiqué dans les classes maternelles ou lors d’une sortie en famille.

Outre son côté fun et son côté ludique, ce jeu permet de développer la capacité de concentration d’un enfant. Si vous ne le connaissez pas encore, sachez qu’il peut s’apprendre en cinq minutes et qu’il peut se jouer même sans accessoires.

Découvrir Jacques a dit

Pour jouer au jeu Jacques a dit, il faut un meneur et des joueurs. Le meneur est celui à qui va rapporter les ordres de Jacques selon le point de vue.

Son rôle est de donner des commandes que les joueurs devront suivre. Le meneur est souvent un enfant plus âgé, voire un adulte. Toutefois, les joueurs présents peuvent aussi s’alterner pour jouer le personnage.

Les règles à proprement dit

Tous les joueurs se mettent devant le meneur. Il va alors donner des ordres en commençant toujours ses phrases par « Jacques a dit … ». Il va, par exemple, demander aux joueurs de mettre la main sur la tête, de lever les yeux au ciel, de dire quelque chose, de sauter, etc.

Chaque joueur est tenu de respecter les ordres de Jacques. Celui qui ne le fait pas est éliminé. Celui qui réagit sans que Jacques l’ordonne ou si le meneur n’a pas commencé sa phrase par « Jacques a dit … » est aussi éliminé. Le gagnant est le dernier joueur qui ne s’est pas fait éliminer.

Naturellement, pour que le meneur puisse éliminer des joueurs, il va devoir les tromper et les manipuler. Il peut, par exemple, commencer sa phrase par « Jo a dit … », ce qui n’est pas un ordre valable. Il peut aussi demander un geste tout en le mimant, mais le faire à travers pour induire à l’erreur les joueurs.

Intérêt du jeu

Le jeu Jacques a dit est avant tout un exercice de concentration. Les joueurs peuvent être des enfants de bas âges, des adolescents, voire des adultes qui veulent s’amuser. La complexité du jeu et le résultat attendu peuvent varier alors avec l’âge.

Avec des enfants de bas âge, par exemple, l’objectif est surtout pédagogique. Le jeu peut renforcer la connaissance et le contrôle de soi parce que le meneur va leur demander de faire des actions spécifiques. Avec des adolescents, le résultat cherché est surtout de passer un bon moment.

Le jeu peut cependant apprendre aux moins jeunes comment accorder toute son attention à l’instant présent sans se laisser influencer par des facteurs extérieurs. Le meneur peut, par exemple, varier sa façon de parler ou en annonçant les commandes plus vite ou presque inaudibles pour les moins concentrés.

Les différentes variantes possibles

Pour adapter le jeu par rapport à la situation, à l’âge des participants ou au résultat attendu, il est possible de changer légèrement les règles de Jacques a dit.

Voici quelques variantes que vous pouvez pratiquer ou dont vous pouvez vous inspirer pour inventer à votre tour votre version de Jacques a dit :

Jacques a dit sans élimination pour les plus petits

Cette version est surtout adaptée aux plus petits. En effet, l’élimination peut les affecter au point de les rendre de mauvaise humeur. Il suffit alors de placer des marqueurs au sol et de dire que ceux qui n’ont pas suivi les commandes du meneur se rendent d’un marqueur à un autre.

Jacques a dit par points

Cette fois, le jeu permet aux joueurs un certain nombre de fautes. Un point est attribué à chaque erreur et le joueur n’est éliminé qu’après un nombre déterminé. Le jeu peut aussi se dérouler en un nombre précis de rounds et le gagnant sera celui qui a le moins de points.

Jacques a dit en rotation

Le meneur peut aussi être joué à tour de rôle par les joueurs. Cette version permet en plus de développer d’autres aptitudes chez l’enfant, qui doit inventer des techniques afin d’éliminer un maximum de joueurs.

Changer Jacques en « Bouba » ou en « Mickey »

Pour les enfants de bas âge, le personnage peut être changé pour apporter plus d’amusement. Si Jacques peut même devenir le père Noël et partager des bonbons aux enfants, c’est encore mieux.

Jacques a dit en équipe

Cette version est idéale lorsque les joueurs sont nombreux et que le meneur ne peut pas les surveiller tous.  Les joueurs sont divisés en deux et les deux équipes se mettent l’une en face de l’autre, de manière à ce que les joueurs puissent se surveiller.

À chaque round, le joueur fautif n’est pas éliminé, mais passe dans l’autre équipe. Le jeu s’arrête lorsque l’une des équipes ne possède plus de joueurs.

Jacques a dit avec rapidité

Cette version est surtout adaptée pour les moins jeunes. Pour augmenter la difficulté, la commande doit être exécutée dans un temps très court, sinon le joueur est éliminé. Cette variante demande une très grande attention et la capacité à réagir rapidement.

Jacques a dit en coffret

Editions AUZOU - P'tit Jeu de Jacques a Dit - Fais La Bonne Action sans te Tromper
  • Jeux classiques
  • Auther: Sam Rennocks
  • 5 planches - 80 cartes - 30 jetons

Un coffret du jeu Jacques a dit a été inventé par San Rennocks et produit par les éditions Auzou. Il est destiné aux enfants dès 3 ans. Ce coffret permet encore de jouer une autre version de Jacques a dit. Cette fois, Jacques est un personnage représenté par les cartes et le meneur doit tirer les cartes et y découvrir les commandes de Jacques.

Les participants ne doivent exécuter l’ordre que lorsque c’est Jacques qui parle et non Jacques le pirate ou Jacques l’endormi.

Ceux qui ont parfaitement exécuté les ordres de Jacques gagnent un jeton et le gagnant final sera celui qui en amasse six. Bien sûr, il y a d’autres moyens de gagner des jetons, comme taper le premier sur la carte « Prems » lorsqu’elle sort.