Angiospermes - Monocotylédones - Liliacées
COLCHIQUE
Colchicum autumnale
Precedent Precedent



Echantillon prélevé :
en mai 1995,
en bord de chemin.

Description :
Plante vivace de 10-40 cm, glabre, donnant ses jolies fleurs en automne, ses feuilles et ses fruits au printemps de l’année suivante. Les feuilles sont dressées, larges et lancéolées, longues (20-40 cm), groupés par 4 ou plus autour du fruit. La fleur est grande, à divisions oblongues de 5-7 cm au dessus du tube allongé, rose lilas, solitaires ou réunis par 2-5. La floraison a lieu d’août à octobre (Colchicum vernale fleurit au printemps). Les fruits sont des capsules obovales de la taille d’une noix, apparaissant avec les feuilles en avril-juin de l’année suivante. La partie souterraine est un bulbe solide entouré de tuniques minces et brunâtres.

Localisation :
prés humides du sud et centre de l’Europe, toute la France.

Confusions possibles :
les fleurs avec des crocus mais ces derniers n’ont que 3 étamines, les colchiques 6. Les feuilles avec des ails ou des poireaux sauvages mais les feuilles de colchiques sont inodores.

Composition :
elle renferme de très puissants alcaloïdes, principalement la colchicine, très toxique pour l’homme à partir de 10 mg, mortelle à partir de 40 mg.

Toxicité :
Toute les parties de la colchique d’automne (et probablement de printemps) sont violemment toxique. L’ingestion de la plante produit des troubles généralement très graves et fréquemment mortels. Le bétail est souvent intoxiqué; une quantité de feuilles représentant 0,1% du poids de l’animal suffit à le tuer (soit 70 g de feuilles pour un homme de 70 kg).

Symptômes :
troubles digestifs (hypersalivation, soif intense, coliques violentes, diarrhée, vomissements, constriction laryngopharyngée), cardiaques (hypotension) , nerveux (paralysie) et respiratoires avec cyanose qui peuvent entraîner une mort par anoxie le lendemain ou le surlendemain, voir même 10 jours après l’intoxication.

Propriétés médicinales :
La colchicine s’emploie comme diurétique, analgésique par paralysie des terminaisons des nerfs sensibles et anti-inflammatoire. C’est un traitement souverain contre la goutte.

Colchique

Tous droits réservés Vincent TANDART, 1995-1999